Lablebi  
     
     
 

Restaurant Dar Zellij, Marrakech


Restaurant le Lotus Club, Marrakech


Beldi Country Club, Marrakech


Guilo Guilo, restaurant Japonais à Paris


Pour ce deuxième Mobile Movie, Mr Lung vous propose un voyage d’une journée dans la belle Shanghai, une déambulation hasardeuse dans une ville qui pue la vie.  Des endroits les plus touristiques aux recoins les plus improbables, Shanghai est bien plus que cette jeune hyperactive que des fainéants à la curiosité émoussée ont tôt fait d’estampiller. Les adresses ZhuJiaJiao sur Google Maps The Chinoise Story, Jin Jiang Hotel Shanghai, 59 Maoming Nan Lu / 茂名南路59号锦江宾馆 (Ex Concession Française). Tél. 6445 1717 Glamour Bar , 6/F, 5 Zhongshan Dong Yi Lu, 中山东一路5号6楼 (The Bund). Tél. 6350 9988 Version alternative pour iPad et iPhone :


Restaurant l’Atelier de l’Escalope, Paris


Marc Meneau au Nomiya
Mr Lung October 24, 2010, 13:18 | Archive

Un déjeuner sur le toit du Palais de Tokyo en compagnie de Marc Meneau a le charme incongrue du mélange des genres. D’un côté la cuisine terrienne et sans concession d’un amoureux de la Bourgogne, de l’autre un cadre urbain dont la renommée de forfanterie et de tartufferie artistique n’est plus à faire. Fort heureusement, le Nomiya, une excroissance architecturale aérienne conçue par Laurent Grasso, financée par Electrolux, et habituellement dirigée par le chef Gilles Stassart, a cela d’atypique qu’il se laisse facilement dévorer par la lumière extérieure, la vue imprenable sur Paname et l’immensité du ciel, plutôt que d’accrocher


Sortie de Terroir Parisien par Yannick Alleno


Restaurant Claude Colliot, Paris


Le mercredi 6 octobre de 12h à 14h, suivez sur cette page la transmission live et en streaming du Earth Hour Lunch avec Isabelle, Tiffany et Lucie ! From 12pm on wednesday October 6th, watch the Earth Hour Lunch streaming live with Isabelle, Tiffany and Lucie! Partager/Bookmark


Rendez-vous le mercredi 6 octobre pour Earth Lunch Hour


Que ce soit le Fooding ou le Figaroscope, en passant par nos amis bloggers, on n’a cessé de chanter les louanges d’Istanbul, cette gargotte de quelques places à peine, rue des Batignolles, au point d’en faire un raccourci à prendre avec précaution : c’est le meilleur Doner Kebab de Paris. La preuve, il y a la queue. La preuve, un rebeu à skate dans cette queue dit à son voisin : “c’est tellement bon, même les keufs viennent manger ici”. Apparemment, ce kebab n’a pas pour vertu de rendr intelligent. Action. Modus Operandi Il est toujours difficile d’accéder au sandwich sous la montagne de frites, alors moi, je mange d’abord


Restaurant Karaoké Le Renard, Paris


C’est la rentrée
Mr Lung September 8, 2010, 14:35 | Archive

C’est la rentrée


Restaurant Café des Lettres, Paris


Bienvenue dans la nouvelle rubrique des Mobile Movies. Mais qu’est-ce donc ? Un Mobile Movie, c’est comme un mini-reportage ou un carnet de voyage, à part qu’il est réalisé avec une mini-caméra ou un téléphone mobile, afin de rester discret, de mieux se faufiler dans les recoins et rester au plus près de la réalité. Première étape, vous ne serez pas surpris : Hong Kong, où je vous propose une balade à la découverte des petits trésors culinaires cachés de la ville. NDLR L’image est parfois de qualité très moyenne car il s’agit d’une première expérience, soyez certain que je ferai mon possible pour en améliorer le rendu. Merci à Nicolas


Sakineh Mohammadi Ashtiani est une iranienne condamnée à la lapidation pour adultère en 2006 après un simulacre de procès. Cette cause m’ayant coupé l’appétit, je me permets une digression afin de publier cette lettre que j’ai faite parvenir ce jour au site La Règle du Jeu. Vous pouvez vous aussi écrire une lettre de soutien ou simplement signer la pétition en vous rendant à cette adresse. Chère Sakineh, Je vous préviens tout de suite, je ne suis pas très progressiste. On m’attribue même un certain machisme, voire une forme de misogynie qui orne parfois mon langage fleuri au quotidien. Mais tout cela porte davantage sur la forme au bout du compte. Je


Je n’avais rien écrit sur Topchef. A peine avais-je pris la peine d’émettre un minuscule tweet au sarcasme gentiment nimbé d’indifférence face au spectacle navrant de ces seconds cherchant à sortir de l’ombre de leurs mentors dans une désespérante brasse coulée. Avec Masterchef, la réplique de TF1 à l’émission de M6, la première chaîne a pourtant réussi à faire bien pire dans le pathétique populiste en invitant des cohortes de ruminants à exposer le fruit de leurs entrailles. L’excuse : la passion De même que George W Bush prétextait la liberté pour envahir l’Irak, tout ceux qui bradent leur fierté pour passer à la télé prennent


Pour conclure ce dossier spécial Guy Martin, il fallait prendre le risque de passer pour un béotien plein d’air en allant prendre un cours de cuisine à l’Atelier Guy Martin et – pire encore pour le chroniqueur – manger le fruit de son travail au risque de trouver ça dégueulasse ! La main à la pâte Tout commence comme une version du pauvre de TopChefs, mais l’équipe de Guy Martin, Antony Courteille et Laurent Mosset, a su se montrer magnanimes avec la petite troupe de bloggers et de journalistes venue se frotter aux turpitudes des fourneaux, et le moment fut nimbé d’une convivialité bon enfant. Pas de cris, peu de chuchotements, pas de brûlures


L’avantage du solfège, c’est qu’au bout d’un moment, on le sait tellement par choeur qu’il devient impossible de se tromper. Ou presque. La parfaite connaissance de la partition fait partie des atouts du Grand Véfour qui, nonobstant la perte d’un macaron, continue à ronronner une oeuvre qui ne surprend plus personne depuis longtemps, mais dont l’existence-même tendrait à rassurer sur la pérennité d’une certaine idée de la gastronomie. De fait, à moins de farcir les ravioles au foie gras de rat crevé, il semble impossible que l’adresse phare de Guy Martin soit encore dégradée. C’est comme si vous divisiez la fortune de Bill


Testé en 2006 peu après son ouverture, le “peut mieux faire” que vous avez maintes fois subi lors de votre scolarité de fumiste pendait aux guêtres du Sensing en lettres de néon comme un vieux chewing gum s’éprend du bitume ensoleillé. Souvent chef varie Mais l’atout de la gastronomie, c’est sa propension toute femme à changer au fil des jours, au gré du temps de la météo et des hormones. Depuis le Grand Véfour a perdu un macaron au Michelin, depuis ma vie a bien changé aussi, et comme disait le nazi Moëller dans OSS 117 : “Nous sommes en 1955, Herr Bramard ! On peut avoir une deuxième chance ?!”. Eh bien, la voilà ta rédemption.


Restaurant la Pizza Chic, Paris


Restaurant la Cagouille, Paris


Le nouveau Spring de Daniel Rose, Paris


Devoirs de vacances
Mr Lung July 16, 2010, 13:40 | Archive

Cher Animal Lecteur, ô Lectrice Darling, En attendant la sortie en octobre de Terroir Parisien, le livre de Yannick Alleno – le premier auquel votre immodeste serviteur  a eu l’immense privilège de participer -, il n’y aura pas de repos sur MrLung.com. D’ici la fin juillet, pendant que la chaleur titille l’instinct de survie du retraité, je vous relaterai une série de dégustations chez Guy Martin au Sensing, au Grand Véfour et à l’Atelier Guy Martin. Viendront ensuite des programmes courts en vidéo, une petite innovation pour le site qui, – je l’espère – vous séduira. Je croise les doigts pour que vous ne soyez pas déçus. Au


Luxe City Guides – Hong Kong Beijing Shanghai


En pénétrant l’antre de cet ancien de second d’Alain Senderens, la première chose qui frappe, ce sont les lampes. Il y en a un certain nombre sur les étagères qui courent le long des murs de ce restaurant de poche, il y en a aussi beaucoup au plafond, et aucune n’est semblable. La lampe et la sauce Et pour cause, Eric Lassauce (si, si), le chef et patron des Diables au Thym, est passionné de lampes, allant jusqu’à en créer lui-même. Je vous rassure tout de suite, il fait bien mieux la cuisine que les lampes. Le carpaccio est certes entouré d’un accompagnement dont le sel aurait pu saler le repas complet, le veau et ses petits légumes – si simples


Le Badya au Beldi Country Club de Marrakech


Old Shanghai Moon, Jin Jiang Hotel, Shanghai


Brunch au Shanghai Tang Café… à Shanghai


Hotel Jen à Hong Kong


Parler d’un “bon” hamburger n’est pas chose aisée. En effet, comment atteindre la succulence avec des ingrédients généralement médiocres : du pain industriel, du steak haché anonyme, de la fausse salade (non, l’iceberg n’est pas une salade), et j’en passe ? Il n’est cependant pas interdit d’être créatif pour donner un peu de noblesse à cet enfant importé aux Etats-Unis au XIXème siècle par des immigrants allemands, et réexpédié en Europe sous forme de malbouffe. Joe Allen – le plus has been Un des burgers les plus célèbres de la capitale depuis les années 80, avec la viande en quantité mais pleine de flotte, et


Mr D a les oreilles qui trainent et c’est pas joli-joli. Thierry Costes se diversifie dans la miche et le cinoche. Non, il n’est pas encore devenu pornographe. En revanche, le chaland sera certainement dubitatif devant son association avec Frédéric Michalak pour ouvrir une boulangerie en face de chez Thoumieux. Pas de doute, le rugbyman, las de montrer ses miches sur papier glacé, va désormais nous les exposer en vitrine. Mais ce n’est pas tout. On avait parlé d’une boîte de nuit en association avec l’incontournable André, mais finalement le caveau sous le Germain est devenu une salle de cinéma, et non des moindres, on a l’impression que c’est Claude


Avis aux amateurs de whisky, à vos claviers, et surtout armez-vous d’éloquence ! Pour gagner un séjour de 30 jours aux côtés de Colum Egan, le maître distillateur de Bushmills, qui vous apprendra tout, tout, tout (vous saurez tout) sur le whiskey, il vous faudra expliquer en 1608 caractères pourquoi vous le méritez. Et soit dit entre nous, vous pourrez repartir avec une édition limitée de votre propre whiskey. Pour vous inscrire, c’est avant le 30 juin et c’est par là www.facebook.com/Bushmills1608


Le Severo, restaurant à viande et à Paris


La Bastide Odéon de Gilles Ajuelos, Paris


La terrasse du Saut du Loup


Je ne sais plus combien de fois j’y suis allé, je ne sais plus avec qui je me suis installé le long de ce bar à palabrer autour d’interminables plateaux Atlantique ou Pacifique, je ne sais plus combien de pichets de saké chaud j’ai pu y écluser pour noyer l’angoisse, la timidité, ou au contraire attiser le désir. Lèvres amantes ou lèvres amies, je me souviens seulement d’y avoir toujours pris du plaisir. Yakijapo Mitsuko, l’un des plus vieux restaurants japonais de Paris semble avoir fermé ses portes. Une vitrine noire, du courrier sur le pas de la porte, plus de téléphone, c’est avec stupéfaction que j’ai récemment trouvé porte


Attends, attends…
Mr Lung April 22, 2010, 16:37 | Archive

10 jours sans un nouvel article ! Il y avait longtemps que ça n’était pas arrivé.  Mais voilà, plein de nouveaux projets à l’agence, deux livres en cours de rédaction, et bien d’autres aléas font que je n’ai pas mis les pieds dans un restaurant autrement que pour me nourrir bêtement depuis quelques jours. Mais pleines de bonnes choses sont programmées, aussi ne perds pas patience et reste connecté cher lecteur, car je te prépare quelques bonnes surprises !


Restaurant Pères et Filles, Paris


 
Lablebi - Gastro Blogs